- Mon parcours professionnel-

Je suis Virginie Rassat j’ai 40 ans, je vis et travaille actuellement à Marguerittes, dans le Gard.
J’ai été professeure d’arts plastiques pendant 10 ans en Guadeloupe et en Côte d’Ivoire.

En parallèle de l’enseignement, me vint la passion du voyage. A partir de 2007, j’entrepris de nombreux voyages en Afrique de l’Ouest. Les trois mois passés au Sénégal en 2012 marquèrent un tournant dans ma vie. J’y ressentis un lien très profond avec l’Afrique et la terre Sénégalaise de la Terenga. J’y ai rencontré des personnes fabuleuses qui m’ont incité à reprendre la création que j’avais mise de côté.

J’ai pris la décision en 2018 de mettre entre parenthèse ma carrière au sein de l’éducation nationale. J’ai ainsi pu me former à L’Art Thérapie du Vivant avec Josepha Cardonne ce qui m’a permis de découvrir une autre manière de créer. J’ai aussi reconnecté avec la peinture corporelle. J’ai aujourd’hui démissionné et je consacre l’intégralité de mon temps non plus à travailler mais à Œuvrer.

En parallèle, je suis en formation avec Fabienne Courmont en Danse de L’Être® afin de devenir Praticienne.

Ce que j’ai envie de vous partager est ce travail sur le corps qui, en plus d’être artistique, se révèle être thérapeutique.   

- Le Corps au Coeur de la Création -

Comment j’en suis venue à peindre des corps d’hommes et de femmes?

Mon histoire avec mon propre corps m’a amené jusqu’ici. Je suis née avec une malformation de la cage thoracique, un enfoncement du sternum. Ce fût déjà un peu compliqué à vivre par rapport aux autres durant la petite enfance, me trouvant anormale et clairement différente. A l’adolescence le problème s’amplifia puisqu’on constata une atrophie mammaire du côté droit, ce sein de se développait pas… Je ne vous cache pas le mal être profond de l’époque. J’étais très grande (beaucoup plus que la « normal »), très mince, peu formée. La période de l’adolescence fût « assez » compliqué.

A 18 ans je décidais de me faire opérer et d’intégrer dans mon corps une prothèse thoracique venant « réparer ». Une opération assez lourde mais complètement désirée, redonnant à ma poitrine une apparence plus « normale ».  J’étais heureuse, je m’assumais un peu plus dans cette société. Mais je n’avais pas envie de m’arrêter là, j’avais ce besoin de me montrer aux yeux du monde, telle une revanche sur les années précédentes. J’avais envie que les autres me trouvent belle, peut être pour me valider moi-même. J’avais envie de me montrer, de m’exposer, de me magnifier et de me glorifier. Je m’étais cachée pendant des années, sous des vêtements trop grands, derrière une extrême timidité, dans un excès inverse, à 25 ans (il y a 15 ans), mon corps devint « ma matière » artistique.

J’ai ainsi posée nue, recouverte d’argile, de peinture, je fis des moules de mon buste. Mon corps devint objet d’art, exposé sur de très grands formats sur les murs de la fac d’arts plastique, dans des expositions, je me dévoilais à qui voulait bien voir. Je voulais exister aux yeux des autres, je voulais qu’on me voit, qu’on me trouve belle et je souhaitais me trouver belle également. Tout ceci n’était pas conscient, à l’époque je pensais « juste » créer des travaux artistiques.

Il y a quelques années j’ai réalisé que tout ce processus de création m’avait aidé à me réconcilier avec mon image, m’avait aidé à m’apprivoiser, à m’aimer davantage. Ce travail à priori artistique se révélait être au final thérapeutique. C’était une première étape, les couches se sont enlevées petit à petit afin de rencontrer ma féminité et aujourd’hui mon féminin sacré. Le travail continue bien évidemment…  

L’art m’a aidé à transcender cette image que j’avais de moi-même. L’acte créateur m’a aidé à m’accepter et m’aimer, à prendre davantage confiance en moi. J’aime ma prothèse thoracique que j’ai depuis 22 ans, elle fait parti de moi; j’aime ma grande taille qui a souvent été un énorme complexe pour moi. Et je pense, au fil de l’âge, je continuerai ce travail pour voir et accepter son évolution.

Alors si aujourd’hui je vous propose des peintures corporelles énergétiques ainsi que des photographies c’est que je sais qu’elles peuvent vous aider sur ce chemin de l’acceptation de votre corps et de son image. Elles pourront apporter leur pierre à l’édifice et bien au delà comme vous l’avez peut être perçu…

© Copyright 2020 – Crédits photos: Virginie Rassat – Conception et réalisation: Virginie Rassat

error: Contenu protégé !!